Maître André ICARD
Avocat au Barreau du Val de Marne

Un fonctionnaire peut-il demander au juge des référés administratifs de désigner un expert afin de rechercher si l'affection médicale dont il souffre entre dans le cadre des maladies donnant droit à l'octroi de congés de longue maladie  ?

Cet article est gratuit ! vous pouvez le consulter dans son intégralité

NON : Une telle mission, qui chargerait l'homme de l'art de se prononcer sur les conséquences juridiques à tirer de constatations de faits médicaux, n'est pas au nombre de celles pouvant être confiées à un expert.

Par suite, il y a lieu de rejeter la mesure d'expertise médicale sollicitée, comme  portant sur une question de droit qu'il n'appartient pas à l'expert de trancher.

En l’espèce, Mme X… adjoint technique territorial de 2ème classe titulaire à la commune de Z… est en disponibilité d'office pour raison de santé non indemnisée depuis le 15 mars 2018 suite à un congé de longue maladie d'une durée totale de trois ans.

Elle a formé une demande de congé de longue durée le 13 septembre 2017 pour une maladie figurant à l'article 2 de l'arrêté du 14 mars 1986 relatif à la liste des maladies donnant droit à l'octroi de congés de longue maladie sur laquelle le comité médical départemental en sa séance du 1er mars 2018 a émis un avis négatif.

Elle demande au juge des référés la désignation d'un médecin expert    psychiatre dont la mission essentielle est de rechercher si l'affection médicale dont elle souffre entre dans le cadre des maladies donnant droit à l'octroi de congés de longue maladie.

SOURCE : Tribunal administratif de Melun, juge des référés, 31 août 2018, n° 1802661

 

JURISPRUDENCE :

« Considérant, en premier lieu, que le juge des référés de la cour administrative d'appel de Lyon, en ordonnant à l'expert, au 2° de l'article 2 de l'ordonnance attaquée, de rechercher et préciser les liens contractuels unissant les parties , de préciser en particulier si le marché passé avec la société OTV France comportait pour celle-ci l'obligation de mettre en place tel ou tel type de fondations et de décrire les missions confiées par le maître de l'ouvrage à chacun des constructeurs qu'il attrait à la présente instance , a inclus dans les missions de l'expert l'appréciation de l'étendue des obligations que les documents contractuels mettent à la charge des parties ; qu'en confiant ainsi à l'expert une mission portant sur une question de droit, le juge des référés a commis une erreur de droit dans cette mesure ; »

Conseil d'État, 7ème et 2ème sous-sections réunies, 12/01/2011, 337889, Inédit au recueil Lebon (société OTV France)

« Considérant que pour demander l'annulation de l'ordonnance attaquée, la SOCIETE OTV FRANCE soutient qu'elle a été rendue au terme d'une procédure irrégulière et en violation du principe du caractère contradictoire de la procédure et de l'article 6-1 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales, le juge des référés de la cour administrative d'appel de Lyon n'ayant pas tenu d'audience publique ; que le juge des référés a méconnu son office et commis une erreur de droit en retenant que la mesure d'expertise demandée par la communauté de communes était utile dès lors que la responsabilité contractuelle de droit commun des constructeurs était susceptible d'être engagée, sans rechercher si les préconisations géotechniques qui n'auraient pas été respectées avaient valeur contractuelle et en se bornant à laisser le soin à l'expert de se prononcer sur ce point ; qu'en tout état de cause le juge des référés a commis une erreur de droit dans la définition des missions dévolues à l'expert en laissant le soin à un expert, homme de l'art, de se prononcer sur des éléments juridiques, à savoir le périmètre et l'ampleur des obligations contractuelles des parties ; que le juge des référés a commis une erreur de droit, une erreur de qualification juridique et un défaut de motivation en retenant que la qualification de faute assimilable à un dol ou à une fraude pouvait être retenue à l'encontre des constructeurs et autres intervenants sans rechercher, d'une part, si les constructeurs avaient délibérément et sciemment induit en erreur la communauté de communes sur le mode de fondation utilisé et, d'autre part, si cela devait engendrer, sans que les constructeurs ne puissent l'ignorer, la ruine quasi-inéluctable de l'ouvrage ; que le juge des référés a commis une erreur de droit en estimant que le sous-traitant de l'entreprise principale et leurs assureurs ne pouvaient être mis en cause dans le cadre d'une opération d'expertise portant sur de simples mesures d'instruction, alors que le juge des référés a compétence pour ordonner une mesure d'instruction avant tout procès si le litige est de nature à relever, fût-ce pour partie, de l'ordre juridictionnel auquel il appartient. »

Conseil d'État, 7ème sous-section jugeant seule, 23/06/2010, 337889, Inédit au recueil Lebon (société OTV France)


Chiffres clés
+ de 25 ansd’expérience
Une véritable base de données spécialisée dans le droit public
+ de 5000questions réponses
Paiement
100% sécurisé
+ de 200modèles téléchargeables