Maître André ICARD
Avocat au Barreau du Val de Marne

Un commandement non parvenu au destinataire interrompt-il la prescription quadriennale ?

Attention, pour accéder au contenu complet de certains articles, vous devez vous abonner. Cliquez ici pour vous abonner ! Si vous êtes déjà abonné, merci de vous connecter !

Par un arrêt en date du 18 novembre 2008, la Chambre commerciale de la Cour de cassation considère que l'envoi d'un commandement de payer à l'initiative d'un comptable public assignataire d'une collectivité locale en charge du recouvrement d'une créance publique, qui n'est jamais parvenu à son destinataire car retourné à son expéditeur avec la mention "n'habite plus à l'adresse indiquée", n'interrompt pas la prescription quadriennale des titres exécutoires émis par les ordonnateurs des collectivités locales.