Maître André ICARD
Avocat au Barreau du Val de Marne

Un maire peut-il délivrer un permis de construire régularisant une construction édifiée sans permis dont le juge pénal a ordonné la démolition ?

Cet article est gratuit ! vous pouvez le consulter dans son intégralité

OUI : lorsqu'elle est saisie d'une demande d'autorisation d'urbanisme visant à régulariser les travaux dont la démolition, la mise en conformité ou la remise en état a été ordonnée par le juge pénal sur le fondement de l'article L.480-5 du code de l'urbanisme, l'autorité compétente n'est pas tenue de la rejeter et il lui appartient d'apprécier l'opportunité de délivrer une telle autorisation de régularisation, compte tenu de la nature et de la gravité de l'infraction relevée par le juge pénal, des caractéristiques du projet soumis à son examen et des règles d'urbanisme applicables.

Il résulte des articles L.480-5, L.480-7 et L.480-9 du code de l'urbanisme que, au terme du délai fixé par la décision du juge pénal prise en application de l'article L.480-5, il appartient au maire ou au fonctionnaire compétent, de sa propre initiative ou sur la demande d'un tiers, sous la réserve mentionnée au deuxième alinéa de l'article L.480-9, de faire procéder d'office à tous travaux nécessaires à l'exécution de cette décision de justice, sauf si des motifs tenant à la sauvegarde de l'ordre ou de la sécurité publics justifient un refus.

Dans le cas où, sans motif légal, l'administration refuse de faire procéder d'office aux travaux nécessaires à l'exécution de la décision du juge pénal, sa responsabilité pour faute peut être poursuivie.

En cas de refus légal, et donc en l'absence de toute faute de l'administration, la responsabilité sans faute de l'Etat peut être recherchée, sur le fondement du principe d'égalité devant les charges publiques par un tiers qui se prévaut d'un préjudice revêtant un caractère grave et spécial.

SOURCE : Conseil d'État, 6ème et 5ème chambres réunies, 13/03/2019, 408123

 

JURISPRUDENCE :

 Conseil d'Etat, 6 / 2 SSR, du 8 juillet 1996, 123437, publié au recueil Lebon