Maître André ICARD
Avocat au Barreau du Val de Marne

La réalité du projet que la commune entendait mener à la date de la décision suffisait à justifier l'exercice du droit de préemption

Attention, pour accéder au contenu complet de certains articles, vous devez vous abonner. Cliquez ici pour vous abonner ! Si vous êtes déjà abonné, merci de vous connecter !

Les collectivités publiques titulaires du droit de préemption peuvent légalement l’exercer dés lors qu’elles justifient d’un projet réel à la date de la décision de préemption.