Maître André ICARD
Avocat au Barreau du Val de Marne

La circonstance que le projet litigieux se trouvait à moins de 500 m d'un immeuble classé suffisait à rendre nécessaire la production d'une notice d'impact visuel

Attention, pour accéder au contenu complet de certains articles, vous devez vous abonner. Cliquez ici pour vous abonner ! Si vous êtes déjà abonné, merci de vous connecter !

C’est à l'architecte des bâtiments de France (A.B.F.) qu'il appartient d'apprécier, sous le contrôle du juge, si un immeuble implanté à moins de 500 m d'un immeuble classé est ou non situé dans le champ de visibilité de ce dernier.