Maître André ICARD
Avocat au Barreau du Val de Marne

La délicate motivation du droit de préemption urbain par référence à l'existence d'un projet

Attention, pour accéder au contenu complet de certains articles, vous devez vous abonner. Cliquez ici pour vous abonner ! Si vous êtes déjà abonné, merci de vous connecter !

Si l'obligation de mentionner l'objet pour lequel la préemption s'exerce ne pose pas de difficulté d'interprétation, la motivation par référence à l'existence d'un projet oblige la collectivité locale à définir de manière très précise celui-ci.